Edito

Les points de vues et perspectives sur les ressources humaines du secteur sanitaire, social et médico-social

 

Dans le n° 74 - Juillet 2015

Et si la performance de l'hôpital résidait dans la réussite à construire du collectif ?

Le collectif pour construire un projet commun, retrouver du sens

Les professionnels de santé se sentent aujourd'hui souvent isolés. Si ils se sentaient appartenir à un collectif qui a du sens, ils seraient plus à même de mettre leur énergie au service d'un projet de prise en charge des malades de qualité, car c'est cela qui les motivent et donc réduit l'absentéisme. Le manque de sens et de soutien social sont deux facteurs établis de risque psychosocial et de moindre productivité.

Lire la suite

Mots clés : Motivation

Dans le n° 73 - Juin 2015

La télémédecine, une terre d'innovation au service de l'efficience du système de santé

Les inégalités d'accès à la santé sont une réelle problématique de notre système de santé. La population exprime des difficultés, dans certaines zones, à trouver une réponse à ses besoins de santé, notamment en raison de l'hétérogénéité de la répartition de la ressource médicale. Elle s'affiche comme un moyen fort de répondre à ce défi de l'accès aux soins pour tous. Son déploiement repose sur trois enjeux majeurs, comme l'ont rappelé les acteurs de la conférence internationale organisée par le CATEL en mars dernier.

La loi HPST est venue préciser les contours juridiques de cette pratique médicale, renforcés par les décrets qui ont suivi en 2010. La LFSS de 2014 dans son article 36 a lancé l'expérimentation de modèles économiques pour une durée de 4 ans dans plusieurs régions pilotes. Cependant, les modalités de financement tirées du Fond d'Intervention Régionale ne sont pas aujourd'hui pérennes, et les difficultés à mettre en oeuvre une nomenclature des actes de télémédecine révèle le chemin encore à parcourir et l'incertitude qui entoure les acteurs de cette transformation.

Lire la suite

Mots clés : E-learning

Dans le n° 72 - Mai 2015

Absentéisme : des repères pour comprendre et agir

En 2009, une convention de partenariat et de financement a été signée entre l'ARS Pays de Loire, la CNRACL et la FHF pour un projet de recherche-intervention sur l'absentéisme des personnels à l'hôpital. La réalisation de ce projet a été confiée à une équipe de chercheurs de l'ARMINES(1) et sous la direction de l'Ecole des Mines de Paris et c'est ainsi que la Projet Hospitalier Absentéisme Recherche Efficience et organisation Santé au travail (PHARES) est né. L'ambition commune de ce projet est de parvenir à comprendre un phénomène complexe et couteux, qui touche l'ensemble des établissements de santé et médico-sociaux, pour ensuite pouvoir agir sur l'absentéisme en identifiant des leviers d'actions possibles(2).

Pourquoi ce projet ?

Lire la suite

Mots clés : Absentéisme

Dans le n° 71 - Avril 2015

Projet de loi relatif à la modernisation de notre système de santé : quels impacts pour la gestion du personnel médical ?

Le projet de loi relatif à la modernisation de notre système de santé aura-t-il un impact sur la gestion du personnel médical ? Les mesures proposées seront-elles suffisantes pour atténuer les difficultés démographiques attendues durant les prochaines années et pour limiter les écarts à la norme dans la gestion quotidienne ? L'avenir, seul, le dira.

L'article 34 du projet de loi est consacré au personnel médical : il envisage la légalisation du recours à l'intérim et prévoit la création d'une nouvelle position de remplaçant, dans une région, pour les praticiens hospitaliers.

Lire la suite

Mots clés : Personnel médical

Dans le n° 70 - Mars 2015

Les maternités en question devant la Cour des comptes

La Cour des comptes a rendu public, le 23 janvier 2015, un rapport sur les maternités demandé par la commission des affaires sociales du Sénat. Ce rapport intervient à la suite eu décès d'une parturiente survenu au sein de la maternité d'Ortez, ayant conduit à sa fermeture.

En matière de natalité, la France figure au 1er rang des pays européens avec une natalité importante (2 enfants par femme). A côté de cela, elle figure au 17ème quant au risque de mortalité néonatale, avec un taux de 2.3/1000 dans les 27 premiers jours après la naissance.

Lire la suite

Mots clés : Sages femmes, Restructurations hospitalières

Dans le n° 69 - Février 2015

Pourquoi il faut réexaminer les accords locaux RTT

Depuis plusieurs semaines, les 35 heures reviennent régulièrement au premier plan de l'actualité : tour à tour, les prises de position du Président de la FHF, un rapport de l'Institut Montaigne(1) et celui d'une commission d'enquête parlementaire(2) sont venus illustrer toute l'acuité de la question du temps de travail dans la Fonction Publique en général et dans la Fonction Publique Hospitalière en particulier.

S'agissant plus particulièrement de l'hôpital public, les enquêtes réalisées par l'Adhress en 2013 et par la FHF en 2014 permettent de disposer d'un état des lieux assez édifiant de la gestion du temps de travail, résultant de la mise en place des 35 h et de la signature des accords locaux :

Lire la suite

Mots clés : Temps de Travail

Dans le n° 68 - Janvier 2015

Les enjeux du nouveau périmètre du service public hospitalier

Santé RH évoquait il y a peu les effets pervers de l'inflation législative qui caractérise la multiplication des normes s'empilant et concernant le secteur de la santé, et notamment les établissements de santé. Nous n'avions pas nié l'importance de faire évoluer une réglementation qui par essence est perfectible, mais avions mis en avant les dangers d'une trop grande instabilité juridique. La loi Hôpital, patient, santé, territoire n'a pas été modifiée en profondeur depuis sa publication, si ce n'est pour être épurée, comme cela fut le cas par exemple avec la loi Fourcade du 10 août 2011. Et elle demeure un texte en grande partie imparfait. C'est pourquoi le principe d'une réforme n'a pas été accueilli avec surprise, au-delà des motivations politiques qui pouvaient y présider.

Cependant, les perspectives qu'elle offre laissent demeurer de réelles interrogations sur les suites qui seront données à ce projet. Le projet de loi de santé pour 2015, à ce jour présenté et dont la lecture est prévu dès le début de cette année, semble en effet revenir sur les quelques principes qui avaient été posés par la loi de 2009. La loi HPST a constitué l'aboutissement d'une évolution engagée par la loi du 31 juillet 1991 qui, reconnaissant la notion d'établissement de santé, avait ouvert la voie à la consécration des missions de service public par la suite et celle d'une vision globale du système de santé. Ce décloisonnement du secteur sanitaire autour d'une vision fonctionnelle de l'activité des structures de soin, si elle ne s'est pas faites sans difficultés et laisse demeurer des dysfonctionnements et des difficultés et lourdeurs administratives, a permis cependant un rapprochement louable entre structures de soins privées et structures de soins publiques. Dépassant le clivage organique, le système issu de la réforme de 2009 annonçait une évolution que d'aucuns appelaient de leur voeux. Il devait être ainsi complété, pour généraliser les partenariats transversaux. L'avant-projet de loi dévoilé à la mi-octobre dernier est loin d'évoluer dans cette direction. On ne peut certes que louer le désir des pouvoirs publics de consacrer et renforcer le rôle de pilotage de l'Etat en matière sanitaire, à travers, pourquoi pas, une valorisation du parcours de santé dont il ne faut pas oublier qu'elle existe dans une collaboration renouvelée entre établissement de santé et praticiens. Cependant, il semble vouloir conduire à la restauration du service public hospitalier dont il ne semble pas avoir perçu les limites. Sans soulever la question de la transition nécessaire à cette restauration, la disparition des missions de services publics engage la nécessaire disparition d'une approche du système de santé faisant de la défense de l'intérêt collectif une obligation de tous les acteurs de la santé, permettant notamment d'englober secteur sanitaire et secteur médico-social dans un tout se définissant par la satisfaction de l'intérêt général. Mais surtout, elle semble à nouveau opposer dans une posture factice secteur public et secteur privé, alors justement que l'effacement de ces frontières a commencé à poindre, à travers notamment des expériences abouties de coopération hospitalière, par exemple, dans l'intérêt premier du respect de la continuité de l'offre de soin. Parallèlement, elle constitue une menace pour le maintien de l'activité de certains établissements. Les débats des deux assemblées promettent donc d'être nourris et passionnants. Santé RH ne manquera pas de les suivre.

Lire la suite

Dans le n° 67 - Décembre 2014

Elections professionnelles dans la fonction publique hospitalière : l'enjeu du scrutin pour les personnels de direction

Les élections professionnelles du 4 décembre dans la fonction publique hospitalière marquent une étape importante de l'histoire syndicale. Elles vont en effet consolider le paysage issu des nouvelles règles de représentativité mises en oeuvre par la loi du 5 juillet 2010. L'enjeu de la représentativité est donc évidemment crucial pour les syndicats. Les grands gagnants du nouveau cadre législatif et règlementaire vont se battre pour asseoir ou affermir leur leadership dans les établissements et au niveau national tandis que les perdants devront assurer leur survie dans le nouveau système.

Cet enjeu de représentativité syndicale - et donc de pouvoir - occulte un autre enjeu important pour les établissements de santé : celui de l'avenir des personnels de direction de ces établissements. Les principales organisations syndicales des personnels de direction sont en effet en opposition sur un sujet extrêmement sensible, celui de la fusion en un corps unique de deux des corps de direction de la fonction publique hospitalière : les directeurs d'hôpital et les directeurs d'établissements sociaux et médico-sociaux - appelés généralement " D3S ".

Lire la suite

Dans le n° 66 - Novembre 2014

Deux pas en avant, un pas en arrière?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la rentrée 2014 semble tendue dans les hôpitaux s'agissant notamment des questions de personnel : retour sur le devant de la scène des 35 heures, grève des praticiens hospitaliers (PH) du 14 octobre, grogne des internes, appel à un Grenelle de la formation...

Qu'en est-il exactement ?

Lire la suite

Dans le n° 65 - Octobre 2014

Masse salariale : les propositions de de la Cour des Comptes

La Cour des Comptes a publié le 17 septembre dernier son rapport sur rapport sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale. La trajectoire de réduction du déficit de la sécurité sociale se poursuit, mais à un rythme plus faible qu'attendu. Sur les aspects Ressources Humaines, le rapport pointe une " maîtrise précaire " des 100 000 médecins et 900 000 non médicaux hospitaliers publics, représentant 17 % de l'emploi public et 4 % de l'emploi français.

Le Titre 1 représente 57 % des dépenses de l'hôpital. Dotée d'outils d'analyse qui se sont améliorés sans être parfaitement opérationnels, notamment en mode d'anticipation, la gestion RH, l'ONDAM induit une diminution de la masse salariale de 0,3 % par an sur la période 2014-2017. De 2007 à 2012, la progression de la masse salariale a été inférieure à l'ONDAM, autour de 2% (3% en euros courants). Toutefois, cet effort a été essentiellement porté par le PNM, dont la charge a crû deux fois moins vite que celle du PM. En revanche, si les dépenses de stagiaires et titulaires sont bien contenues, celles des contractuels augmentent de 4 %, ce qui peut se lire comme la volonté d'introduire de la flexibilité dans une gestion rigidifiée par le statut. Concernant les dépenses de PM, le statut des praticiens attachés a généré un bond de la masse salariale.

Lire la suite

Mots clés : Masse Salariale

recevoir la newsletter