Imprimer

Dans le n° 105 - Mai 2018

Par Jérôme LARTIGAU

Docteur en sciences de de gestion

Maître de conférences - CNAM

Ancien directeur d'hôpital

 

Mots clés associés : Fonction publique


Vers la fin de la fonction publique et des fonctionnaires ?

L'actualité sociale très mouvementée dont nous sommes les témoins quotidiens offre au moins un avantage : fournir un matériau important pour les commentateurs et les experts ! La revue Santé RH se propose d'aborder le sujet afin d'éclairer nos lectrices et lecteurs.

L'ambitieux processus de réformes entreprises par le gouvernement depuis quelques mois donne lieu à une cristallisation des points de vue entre partisans convaincus et adversaires acharnés.

Pour les partisans de la réforme, plus que de réduire la dépense publique il s'agit de transformer le modèle de gestion publique français pour l'adapter aux réalités du nouveau monde issu de la globalisation et des technologies de l'information. Le système public dans son ensemble est considéré comme dépassé voire obsolète, incapable d'évoluer et de s'adapter. Il convient donc d'opérer une transformation profonde du modèle et pour cela, engager des réformes " disruptives " telles que la fin programmée des statuts et de l'emploi à vie, la modification de l'accès aux emplois publics, le périmètre même de ces emplois et des missions de l'Etat et des acteurs publics.

Pour ses adversaires, la politique mise en oeuvre résulte des pressions d'oligarchies financières et d'institutions communautaires anonymes et déconnectées du terrain qui n'ont de cesse de détruire inlassablement les services publics et le contrat social conclu à la fin de la seconde guerre mondiale. Cela passe d'abord par la suppression de la fonction publique et la disparition progressive des fonctionnaires. L'objectif de cette politique est à terme de livrer au Marché l'ensemble des activités humaines et partant, de laisser l'individu seul et démuni face à des forces puissantes et insatiables.

Nous nous garderons bien sûr de prendre parti dans cette controverse, chacun de nos lectrices et lecteurs devant être respecté(e) dans ses opinions intimes. Il n'en demeure pas moins que la revue Santé RH est en droit d'intervenir dans le débat, non pas d'un point de vue idéologique mais d'un point de vue technique et professionnel. A cet égard, les réformes engagées ou envisagées par le gouvernement entraînent nombre de questions pour le système public de santé et sa fonction publique : la réduction des effectifs de fonctionnaires et le projet de plan de départs volontaires, l'assouplissement de la gestion des carrières et le recours au contrat plutôt qu'au concours, la maîtrise des dépenses et l'évolution des principes de rémunération. La liste n'est pas exhaustive mais permet déjà d'avoir une idée de l'étendue des thématiques et de leurs conséquences dans le domaine des ressources humaines. Nous pensons que nos lectrices et lecteurs, aux prises avec les difficultés quotidiennes et de plain-pied dans la réalité hospitalière, sont bien placé(e)s pour évaluer ces conséquences. Nous espérons qu'ils continueront à trouver dans la revue matière à réflexion.



Notes :


recevoir la newsletter